Archives de Catégorie: Uncategorized

Festival ROCK’NRUN au cross de SPA

Par défaut

La TEAM avait prévu un déplacement en masse ce WE sur les hauteurs de la Fraîneuse. Ciel maussade, mines fatiguées de l’avancée vers l’hiver, les feuilles plus nombreuses au sol que sur les branches qui peu à peu se dénudent, premiers gels, buées s’extirpant des bouches figées pour révéler au monde qu’il y a encore de l’air en nous : voici la météo des cross! Cette fois nous y sommes.

Et nous nous y installons.

Quadruplé sur le cross court hommes, victoire en cadettes, victoire en scolaires dames, victoire en séniores dames. La bande a fait un carton plein dans sa logique fraternelle.

Faut dire que même le coach s’y est mis, comme annoncé 🙂 C’est donc un amusant quatuor de légende qui a ouvert le feu avec Joël Bottin, Julian Jacquemin, Nicolas Joris et Thomas Vandormael : les pionniers et leur commandant, les lapinous et le vieux lion, la fratrie réunie. Les paris ont fusé durant les jours précédents. Les stratégies ont foisonné jusqu’à la minute du départ. Les jeunes loups avaient soif, sous la pluie froide, de prouver leurs progrès.

Attaque dès le premier tour menée par Joël. Thomas part prudemment. Nicolas hésite. Julian observe. L’affaire se décante rapidement chez les autres concurrents. Thomas reprend le rythme après 1200m, entre les racines, les pierrailles, les feuilles glissantes et les cordelettes qui délimitent le tour pour mieux piéger les yeux abimés : petit virage mal pris pour le coach; Joël repasse devant, Nicolas assure sa troisième place.  Juste avant l’entame du dernier tour, le briscard place l’estocade. La sagesse, tranchante, triomphe, mais les jeunes se rapprochent avec panache et délectation. 1er : Thomas, 2e : Joël, 3e : Nicolas, 4e : Julian! Les quatre premières places sont ravies par la TEAM ROCK’NRUN en même temps que le WACO. La concurrence n’était pas la plus dense, mais un tel bonheur se savoure. Les gars ont le feu aux fesses. Ils sont méritants vu leurs études de haut vol qui débutent. Vu l’eau froide et sombre qui descend du ciel. Vu les soirées tout aussi sombres où la frontale prend du galon. Vu leurs embrasures et leurs bévues. Vu ce qu’on attend d’eux. Vu ce qu’ils attendent d’eux. Eux tous.

Photo 12-11-17 12 46 39

Photo 12-11-17 12 45 42

Les filles n’ont déjà plus rien à apprendre des pionniers. Juliette Guillick et Camille Philippe ont toutes deux pris immédiatement les choses en main dans le cross scolaires/Jun/Sen/Masters Dames. Elles géraient pourtant leur effort entre les côtes et les feuilles jaunâtres qui jonchaient les sentiers bien ficelés. La course s’est déroulée sans discussion : leur mano a mano n’a pas laissé voix au chapitre à leurs concurrentes. Juliette l’emporte avec une avance considérable chez les scolaires dames, avant d’offrir un dernier tour en roue libre à Camille chez les séniores pour gagner haut la main toutes catégories confondues (2 victoires sur 2 dans cette nouvelle catégorie à laquelle elle doit encore s’habituer!). On salue bien bas, surtout en connaissant les difficultés qu’elle a rencontrées cette semaine.

23559400_10213210375266915_1943161102126875055_nPhoto 12-11-17 1 48 23 PM23518920_10213210571951832_7028338034103982718_nPhoto 12-11-17 1 59 19 PMPhoto 12-11-17 2 04 24 PMPhoto 12-11-17 2 06 15 PMPhoto 12-11-17 2 06 52 PM

Chez les cadettes dames, la TOUTE JEUNE NOUVELLE ARRIVEE DANS LA BANDE, la percutante et téméraire Gylliane Botty, découvrait son 1er cross en cadettes! Elle en fera très peu cet hiver, à peine de quoi se refroidir et se salir un peu les jambes, pour se concentrer surtout sur la technique, le 400 et le 800m. Elle est prise en charge à la fois par la Team ROCK’NRUN et la Team Gourmet, pour un développement idéal de son talent, conformément à ce dont certains du groupe ont déjà pu bénéficier à travers l’immense savoir-faire de François! En bref, Gylliane n’a pas fait dans la dentelle. Malgré la consigne de partir prudemment vu la difficulté du parcours, la stratégie fut en réalité plus limpide. Dès le coup de feu aux avant-postes, Gygy a imprimé le rythme effréné d’une course en solitaire pour l’emporter à la manière de ses deux aînées ci-dessus! Elle gagne donc son tout premier cross sous la houlette ROCK’NRUN, pour notre grand plaisir!

23472919_10213210627113211_3206438203393677183_n

Enfin, chez les scolaires, notre mascotte adorée Ruben Querinjean retrouve peu à peu son niveau. Il se classe cette fois 8e et grapille de nombreuses secondes sur l’écart qui le séparait des 1ers à Stavelot. On attend encore les photos!

Cette après-midi à Spa a consolidé un moment émouvant pour l’entraineur, entouré de ses anciens et nouveaux athlètes. Il en profitera pour une fois en parlant avec un « Je » qu’il tente pourtant dans la mesure du possible d’éviter, car c’est l’athlète qui court, pas le coach. Une fois n’est pas coutume :

C’est ici même, en contre-bas de l’anneau de la Fraîneuse, dans une côte anodine, au détour d’un fartlek avec les « jeunes talents » de l’époque fougueux alors comme mes aussi jeunes athlètes de ce jour, qu’une blessure déterminante s’immiscera dans mon dos. Au même moment de l’année donc, douze ans plus tôt, en 2005, les meilleurs francophones étaient réunis pour une journée d’entrainement fédéral sous le contrôle d’un dévoué Edgard Salvé, qui gérait ce type d’activité avec beaucoup de réflexion et de conviction. A l’époque, pour les nostalgiques, il y avait quelques lascars aux foulées virulentes : Thibault Vandenabeele, Bernard Bong, Jean-Pierre Weerts, Antoine Duvivier, Franky Hernould, Marie-Anne Paulus, Anne-Sophie Maréchal, les soeurs Mahieu, les frères Brandebourg, Ricardo Longerich, Charles Van Hees, Thomas Hausman,… et tous ces gars trop vite oubliés malgré leurs quelques exploits dont les chiffres ornent encore bien souvent les cahiers et les tableaux de records du club, là où ils sont passés. Certains sont devenus/restés des amis parfois très proches, d’autres me laissent un souvenir qu’aujourd’hui encore je chéris. Mais ce jour-là de novembre 2005, où nos rêves partagés de devenir des champions se gonflaient d’une amitié tellement spéciale puisqu’elle se vit à travers l’entrainement mais aussi la compétition, ce jour-là quelque chose s’est immiscé dans mon corps pour y laisser pendant longtemps une plaie ouverte. En haut d’une côte, l’os sacro-iliaque gauche m’a révélé son existence. Sorti de ses gonds, il a compromis mes plus belles années de pratique, avec des séquelles collatérales insoupçonnées, occasionnant d’autres blessures, et d’autres plaies. Ce jour-là j’ignorais encore que certains médecins prédiraient que jamais plus je ne courrais. J’ignorais toutes les complications que les spécialistes m’enjoindraient à expérimenter sans succès. J’ignorais, enfin, qu’un jour je m’investirais dans la passion d’entraîner. Cinq ans sans courir un mètre et un diplôme universitaire plus tard, j’ai fait la rencontre des deux athlètes fascinants que sont  Julian Jacquemin et Nicolas Joris, au sein de tout un groupe de bambins déchainés et espiègles auxquels je voudrais rendre grâce. Ils avaient environ 10 ans. Ils en ont aujourd’hui 18 et m’emboîtaient le pas ce dimanche à l’endroit même où mon dos a fait croire à une ribambelle de réputés docteurs que la course de haut niveau, c’était terminé. Ils m’épaulaient dans cette côte, comme ils m’ont épaulé à voir encore qu’il y avait dans le fait de courir quelque chose qui relève du prodige. Ils m’ont passionné pour le mouvement, la progression, le développement. Joël s’est joint à eux depuis longtemps, comme Camille, Juliette, Ruben, et maintenant Sacha et Gylliane pour ceux qui étaient de la partie ce dimanche, mais tous les membres du groupe ont quelque chose à voir dans cette passion, chacun à leur façon. Me retrouver avec eux sur ces terres fatidiques réveillait en moi bien des symboles…mais prendre le départ à leurs côtés et ravir les quatre premières places comme si nous étions à l’entrainement se charge de signification. Le périple, à l’instar du parcours, est boueux, aléatoire, « montueux et malaisé » comme un matin proustien, rempli de relances, d’erreurs de trajectoires, mais aussi d’aisance dans la descente, de complicité vigoureuse, de bonheur partagé à l’arrivée. De second souffle.

Courir et gagner à leurs côtés me susurre qu’une blessure, quelle qu’elle soit, même si elle ne guérit pas, même si elle laisse des traces non cicatrisées, se dépasse ou trépasse. Comme on se dépasse soi-même en bas d’une côte en se confiant que rien ne peut nous arriver. Et ce second souffle qu’ils me font vivre, tous autant qu’ils sont, me révèle que cette vie est sans doute trop bonne pour qu’on lui survive. Ce second souffle me révèle qu’on doit avoir besoin de plus de doigts que ceux de nos deux mains pour compter ceux qu’on aime.

Par une matinée de novembre ou dans un soir d’été, sur un terrain glissant ou une piste échaudée, sur le macadam de Hesbaye ou sur les sentiers d’Arizona, mon dos souffrira encore, mais il le fera avec leurs poumons brûlants, leurs sourires malicieux, leurs rêves encore frais, à entretenir, à faire grandir, à réaliser.

ROCKNRUN

419355_10200736420478723_1049079517_n

 

 

 

 

Publicités

Belle prise d’élan à Stavelot

Par défaut

La première moitié de la bande a fait l’impasse sur Mol ce dimanche 5 novembre pour d’abord trouver des sensations dans les prairies des Hautes-Fagnes, au bout du fameux chemin d’Amermont, qui mène à un autre monde.

La boue s’est invitée sans prévenir. Le flan de la colline glissait. La brume se levait. Le soleil a fait resplendir le cross court hommes et le cross long dames : médaille d’argent pour Nicolas Joris, la victoire sans discussion pour Camille Philippe.

L’apprenti Bachelier en construction, j’ai nommé le junior Nicolas Joris décroche donc une excellente 2e place sur le cross court (avec les séniors donc), après une course finaude, en embuscade derrière les fougueux Enzo Noël, Quentin Kebron et Christopher Mertz. Nicolas a placé une belle attaque à l’entame du dernier tour pour prendre le pas sur les deux liégeois du RFCL et réaliser le doubler avec son coéquipier du WACO.

Julian Jacquemin, son fidèle compagnon de route, a essuyé quelques taches de boue avant de flancher dans la dernière ligne droite sur laquelle aboutit la longue côte biaisée du parcours impardonnable aux purs coureurs de 800m. Il termine néanmoins àune intéressante 7e place, à quelques mètres des cadors.

23167826_10212270951120527_528472565486384446_n

23167594_10212270953440585_774845330530679851_n

23131694_10212270908759468_199014200837605382_n23231279_10212270953920597_5911362003939907252_n

19260349_10212270908799469_3127428477099355926_n23244101_10212270949800494_1783366042143505896_n

Quelques instants plus tard, Camille Philippe, qui découvre peu à peu le cross « long », a opté pour un numéro de cavalière en solo, dans une foulée sans brides, sous l’oeil paisible, implacable, admiratif des cîmes fagnardes. Les couleurs de l’automne ont fait mouche sur les reflets du maillot du WACO. Elle l’emporte aisément, gracilement et réalise elle aussi le doublé avec sa coéquipière waremmienne, Florence de Cock :

23319135_10212270951200529_5515615791180845947_n

Entre temps, Ruben Querinjean a repris le chemin de la compétition avec ce 1er cross. Après une très longue période d’abstinence pour cause de petits soucis de croissance, R(o)UR(o)U a éprouvé son manque d’intensité à l’entrainement au milieu de scolaires très en forme. Il termine 10e de ce premier cross et n’attend que de s’améliorer, pas à pas! Pour un retour bientôt fracassant!23376089_10212270954880621_6972235732358655831_n

 

Trio de choc dans le sable de MOL

Par défaut

Dimanche 5 novembre, trois rock’nrunners aguerris ont traversé une partie du pays jusqu’à rejoindre la plaine anversoise de Mol, arène sableuse pour les ébats de la deuxième manche de la Crosscup nationale.

La Performance du jour est sans conteste la superbe 2e place de notre Valère -Grizzly- Hustin national sur le cross court. Après de pénibles déboires respiratoires cet été, il revient dans une forme olympienne pour titiller le toujours très véloce Jeroen d’Hoedt, fin technicien et tacticien sur les parcours exigeants de la sorte. Parti en chasse dès le 1er tour, Valère a bien résisté au retour des cadors Ali Hamdi et Ismaël Debjani. C’est son meilleur résultat en Crosscup : c’est du costaud, comme ses biscotaux, pas volé ni chiqué, gagné au rupteur. On en redemande!23131648_1983025211932728_7609904930177210314_n

Il a pu compter sur les encouragements de la non moins brillante Juliette Guillick, qui se remettait de sa superbe 8e place dans une course de haut niveau international chez les scolaires dames vu le match Belgique, Pays-Bas, Irlande. Notre Waremmienne aux grandes jambes se classe 4e Belge et 1ere francophone, grâce à une course téméraire où elle aussi à accompagner la tête du peloton tout en résistant au retour de ses adversaires. On distingue grâce et volonté dans ses gestes comme son regard. Excellente 1ere crosscup pour sa seconde année chez les scolaires!23131585_10214507528666677_4095308030434874420_n

23167471_1418274438291341_2264932581197743995_n

23172955_1418274474958004_1944996627063992092_n23131682_1418274594957992_4309465474731300142_n23316373_10214507496265867_1553633272703214321_n23376290_1156444037824157_765561533766512282_n

Enfin, notre roux-blard fétiche, Joël Bottin, a eu fort affaire avec un niveau international époustouflant chez les juniors. Grippé le jeudi, sur pied le samedi, il dansait encore un peu au rythme de son infection dans le sable intransigeant. Pour sa première expérience chez les juniors, il a du laisser filer quelques ténors pour terminer 11e belge et 4e francophone de ces 6200m encore en quête de rythme. Pas à roux-gir de cette course exigeante, mais il souhaite plus, bien plus! N’oublions pas qu’il revient de loin.

22688727_1837440806567811_3851484921498940658_n

Un nouveau Virage, à coups de témoin : les filles sur le podium, les garçons à son pied à la Crosscup de Gand

Par défaut

Les membres fondateurs de la team ROCKNRUN, depuis leur plus tendre enfance sur les stades, affectionnent particulièrement et fièvreusement les relais. Il est symbolique que ceux-ci inaugurent une saison, plaçant celle-ci sous les auspices de la collectivité. L’athlétisme est un sport individuel, mais qui, à l’instar de toute activité sociale doit RASSEMBLER ses pratiquants autour d’une philosophie dont la force se partage.

La philosophie ici froide, boueuse, accidentée et sollicitante du Cross Country (XC pour nos amis anglo-saxons) devait forcément ravir les originaires de Hesbaye que nous sommes. Le domaine de Blaarmeersen, scène adéquate et féérique, est certes mieux affrété que notre campagne battue par les champs de betteraves qui alimentent en sucre les autochtones de nos contrées. En revanche, nos chapardeurs et chapardeuses junior(e)s waremmien(ne)s, fort des nombreux nouveaux virages adoptés dans leurs vies respectives (vie universitaire, kot autonome, implication athlétique, etc…), n’ont pas manqué d’illustrer en beauté leur passage en Flandre au top niveau national. Il s’agit surtout d’un phénomène extrêmement rare : un club « régional » certes grandissant, qui place ses équipes dans le top 5 tant chez les filles que chez les garçons en juniors, une catégorie pourtant marquée par une sélectivité accrue : les meilleurs poursuivent tandis que la pratique d’un tel niveau de compétition en décourage plus d’un une fois venu le temps de la majorité et des études supérieures. Fierté, à tout le moins, pour ces jeunes méritants et volontaires!

Pour accompagner, comme toujours, votre lecture de son penchant sonore, cet incroyable morceau des Kills qui nous fait ressentir en quelques notes puissantes et virtuoses toute la jouvence du renouvellement de la saison : à l’image du duo Rock nous étions, ce dimanche, calmes et déterminés.

The Kills – Monkey23

Le trio des filles composé de Mathilde Jacquemin, Chloé Herbiet et Camille Philippe a tout simplement sublimé les attentes et les espérances du jour : nos coureuses de 800m ont montré que le cross n’est pas réservé exclusivement aux spécialistes du labour.

Pour son parcours de 1000m, Mathilde a mis tout le monde d’accord à la sortie du sable. Après un départ à la jauge de la tête du peloton, elle a placé un kick typique à l’endroit stratégique pour déboulonner largement en tête sous l’engouement du speaker. Une entrée en matière efficace et enthousiasmante, quand on connaît son aversion (cependant de plus en plus modérée) pour les interminables labours belges.

22728846_10212171880443822_4281080793149123226_nIMG_1161

22555123_10212171880043812_765814416622058673_n22730119_1837100823268476_7559793254217933940_n22552711_10212171881163840_4046609280471312520_n

Chloé avait alors une fameuse place à assumer pour ses premiers mètres sous le maillot du WACO, bien qu’elle s’entraine avec la team ROCKNRUN depuis le mois de mai dernier. Elle a rempli son rôle du 2e relais de 1500m avec une perfection déterminée et audacieuse! S’accrochant follement à la remontée redoutable du WS et son équipe d’anthologie emmenée par une Mathilde Deswaef (qu’on a pu admirer au championnat d’Europe sur 1500m cet été) particulièrement en forme. Elle transmet le témoin à Camille dans une percutante 2e position.

22552678_10212171882483873_6248752685472810637_n22688559_1837102736601618_8263936797540649897_n

22728649_1837101886601703_4724783310623501470_n

22555041_10212171882923884_5286524848541604704_n

Notre fluette Camille s’est alors retrouvée dans l’inconnu sur 3000m face aux grosses cylindrées de la discipline. Fidèle à la lettre aux consignes (c’est une femme de « droit »!), elle a tâté le terrain lors du 1er tour, ne cherchant pas à pallier le retour inévitable de Justine Tinck, également représentante de notre nation sur 1500m ainsi que sur cross country aux Europes de l’an dernier. Rien que ça. Camille, fortifié par l’entrainement foncier des dernières semaines qu’on a pris le temps d’amener très calmement au cours des années, et qu’elle va seulement réellement expérimenter cette saison, a alors placé son accélération et l’effort y correspondant dans la seconde partie de course pour se détacher de toute concurrence au podium et filer grâcieusement à l’image de toute l’équipe vers une épatante médaille de bronze22730319_10212171883203891_4302845475272494274_n

 

 

 

Bref, les filles : tout en élégance, efficacité, finesse, justesse qui illustrent leur assiduité et leur détermination remarquables au quotidien malgré leurs vies ministérielles exigeantes, face aux équipe inattaquables du White star et de Lokeren, qu’on salue chapeau bas 😉 Un podium mirobolant, qui leur va bien!22554790_10212171885483948_3351711914938511961_n

podiumFullSizeRender22687611_10212171874283668_1521438595483629401_n

Cet exploit proféré sous les yeux ébahis de leurs homologues masculins a de suite galvanisé les troupes! Les trois lascars reviennent pourtant de loin. Julian Jacquemin, Nicolas Joris et Joël Bottin ont connu leur lot de mésaventures sportives et privées depuis deux ans. Mais ils ont mûri, passé outre, surmonté, agrémenté, embellit, entre pirouettes et cabrioles mais avec de nouveaux rêves en têtes. Leur victoire était déjà celle d’être là. De pouvoir faire équipe, faire corps et se jeter dans la meute sans autre arrière pensée que celle de retrouver la sensation de mettre en feu ses poumons. Et puis l’histoire nous rattrape, et les foulées dérouillées récupèrent vite leur rythme. L’entrainement de la reprise était savamment orchestré pour ne rien laissé dériver. Leur fougue jusque là préservée a pu se libérer. Ils n’avaient plus presté à un tel niveau, là où bien peu sans doute les attendaient, depuis de longs mois.

Le front encerclé par l’auréole du bandeau fétiche, Julian a lancé l’équipe avec panache : auteur d’un départ modéré, il aboutit 5e de son relais, une poignée de seconde derrière les phénoménaux Eliott Crestan et Pieter Sisk mais à la lutte dans le même dixième que les poursuivants spécialistes, sa nouvelle saison s’annonce lucide et évolutive. Il révélera qu’il survolait le sable 🙂1DX22075

(c) Thomas Sisk

Son cher collègue, partenaire et ami de toujours, Nicolas, a géré finaudement sa course. Louvain étant hors d’atteinte, il a intelligemment calqué sa stratégie en confiance pour transmettre le baton symbolique en seconde position après avoir supplanté 4 adversaires coriaces, réalisant le 4e meilleur temps de son parcours, dans un mouchoir de poche avec les meilleurs représentants. Agile dans les virages, véloce sur tous les fronts.

22554716_10212171886483973_5473619581878925106_n22554920_10212171886843982_2308803494991094992_n

22729232_10212171887323994_4549620782626853177_n

Enfin, JOJO le bien nommé qui « n’est pas mort », nous disait Jacques, lui aussi couvert par l’immunité du bandeau couleur eau, semblait ce dimanche avoir bu celle de la jouvence. Aux coudes à coudes avec les stars belges de deux années ses aînés (Dries Desmet, par exemple, récent vice-champion d’Europe sur 1500m), il a accompagné le wagon de la 2e place jusqu’au bout, concédant quelques secondes logiques dans le denier tiers, non sans une vigueur flamboyante et un style bien à lui. Une course qui vend du rêve quand on sait quels coups du sort l’avaient mis en trêve. L’équipe termine ainsi à une prodigieuse 4e place : un chocolat qu’on ne boudera pas, en vertu du niveau prodigieux de cette course très dense chez les juniors, mais surtout au nom du fait que ces trois gars-là viennent tous de la périphérie restreinte de la commune waremmienne, ont fait leurs gammes dans le club waremmien, ont développé leur fraternité et leur qualités sur la trop petite piste à quatre couloirs si souvent engorgée.

22688595_1837445653233993_3210681688700160124_n

1DX22174

(c) Thomas Sisk

22688089_10212171887844007_6888097877173312917_n

A souligner bien sûr, aussi, la toute première participation de Sacha Renard à un cross : il fut inexorablement plongé dans un bain à remous, pas loin d’une tempête en mer, pour son baptême! Il réalise en revanche un parcours stimulant qui permet de juger de son talent : 18e du 1000m à 10 petites secondes de Julian. Il fut suivi par Ruben Querinjean avec le grand plaisir qu’on a pu éprouver à le voir enfin recourir en compétition. Le retour au top est à présent amorcé pour lui. Merci, enfin, et surtout à Vincent Hubin, qui évolue sous la tutelle de Roger Igo et qui a pu permettre la confection d’une seconde équipe en juniors. Un luxe inouï pour un club comme le nôtre.

22688722_10212171877683753_1014001756225310556_n

La toute dernière prouesse de la bande est celle de notre scolaire de 16 ans Juliette Guillick, pour l’occasion au service d’une équipe Dames en manque d’une partante. Au pied levé…puis appuyé, Juliette a surpris ses aînées en les avalant dans la 2e moitié du parcours après une première ligne droite dont on peut comprendre la prudence vu son jeune âge. Elle termine 15e de ce premier passage avec les séniores, à 10 petites secondes du Top 6! Après avoir remporté avec classe et brio son cross inter-écoles de mercredi!IMG_1163

Après cette belle illustration parmi les meilleurs clubs et athlètes du pays, affirmant un statut haut placé chez les juniors francophones et fièrement conquis parmis les clubs liégeois, l’heure était à la réjouissance. Enfin, le lancement de cette saison hivernale était le moment rêvé pour revêtir nos nouvelles couleurs avec lesquelles nous partirons au charbon tout au long de la saison. On promet de faire retentir quelques riffs, dans le vent de nos accélérations auxquelles bien vite Valère, Ralph, Jipé, Thomas et quelques jeunes surprises se joindront.

Let’s Rock

Let’s Run

22728646_10212171874163665_7804833958178128953_n22554893_10212171875803706_1210607406178254413_nIMG_1162

ROCK’NRUN

NOUVELLE SAISON!

Image

L’été est derrière nous. Il est passé à toute allure, guidé par les foulées des athlètes de la Team. Beaucoup d’aventures, encore, et l’heure est au bilan. Mais à part les blessures inattendues, les maladies contrecarrantes, les sessions d’examens universitaires dévoreuses d’énergie, on n’aura pas à se plaindre : les jeunes n’ont pas oublié comment courir et gagner.

On épinglera surtout les multiples prestations de Mathilde Jacquemin dans les programmes internationaux des Flanders Cup et dans divers meetings de haute volée, sa très grande régularité en 2.12 au 800 chez les juniores et son immense progression sur le plan foncier qui laisse augurer bien des miracles après son titre de championne francophone sur cross court en février. Tout cela au gré d’études brillamment menées à bon port! Beaucoup de séances laissaient entrevoir un chrono exceptionnel (bien que celui-co le soit déjà), mais les conditions de course de notre adorable pays tempéré n’auront pas souvent favorisé l’avènement de cette performance à sa portée.

On retiendra avec joie l’énorme évolution de la juniore Chloé Herbiet suite à son arrivée dans le groupe en mai dernier : record pulvérisé de 5 secondes sur 800m (de 2.24 à 2.19) et de 8sec sur 1500m (de 4.59 à 4.51). Et on soulignera avec malice sa force d’influence pour convaincre son cher et tendre, Nicolas Joris, pionnier de l’équipe, à poursuivre sa pratique d’athlète après de longs mois d’étourderie et de ras-le-bol qui l’ont éloigné de l’entrainement pour une coupure totale de décembre à Mai, avant qu’il nous retape 1.58 sur 800m au mois d’août!

On applaudira les superbes progrès de la petite Jeunette du groupe, Juliette Guillick, tant points de vue chronométrique que tactique. Notre scolaire 1ere année est passée de 2.26 à 2.21 sur 800m et de 5.04 à 4.52 sur 1500m, pour couronner sa saison d’une médaille de bronze au championnat LBFA sur cette même distance.

On s’extasiera devant les nombreuses surprises en tous genres réservées par Ralph Pierard malgré son hiver blanc! A commencer par son magnifique 4.01 sur 1500m pour sa première expérience sur la distance.

On encouragera Julian Jacquemin (malgré son très joli 1.57 sur 800 après 2 mois d’entrainement) et Joël Bottin à demeurer motivés malgré les coups de sorts et les problèmes de santé (appendicite, sorties alambiquées, carences, etc…). Leur grand talent n’attend qu’à réellement s’exprimer! Mais on se félicitera aussi d’être rester prudent et de se donner le temps.

On exultera face aux prouesses accomplies par Valère Hustin qui est notre champion de l’entrainement mais qui à l’arrivée des compétitions n’a pas toujours pu serrer les dents (appendicite lui aussi!, soucis respiratoires, etc.). Une finale au championnat national et un 3.51 en toute aisance ne le consoleront sans doute pas, mais nous montre que dans ses jambes il y a de la foi!

Et puis surtout on palpitera encore en se souvenant du 5000m d’anthologie de Jean-Pierre Weerts à l’IFAM où il pulvérisa son record en 13.38, performance éblouissante qui le qualifiera pour la coupe d’Europe où il représenta haut et fort les couleurs nationales.

 

On n’aura pas eu tout ce qu’on aura voulu. Donc on s’y remet. On n’oublie pas. On ne galvaude pas. On sait ce que ça exige, on sait quels risques ne plus prendre et quel talent on veut étendre. On repart au charbon. Les feuilles d’automne jonchent déjà le sol qu’on s’apprête à fouler. Quelque chose brûle dans nos jambes, monte dans nos poumons, s’installe dans nos coeurs. La lumière de septembre se noie dans nos rêves de médailles, de records et de progression. Elle inonde nos espérances et nos ambitions. Le froid approche et nous prévient. La route est encore longue. La flamme, jamais, ne s’éteint.

rocknrun

Fromage glacé

Par défaut

Samedi ayant recouvert le sol du pays d’une patinoire tenace, nous hésitions grandement à sortir de nos cocons confectionnés au bord des flammes et des cheminées pour le traditionnel cross du dimanche dans le challenge liégeois. Les universitaires étaient préoccupés par d’autres glaciations, comme celle de leur cerveau, les moins robustes étaient déjà confondus en excuses pas tout à fait plausibles, les plus téméraires avaient déjà les spikes aux pieds.

Pendant que les coureurs de 800 auscultaient curieusement les mouvements des tapis roulants de la salle de Waremme (Merci Waremme Sport et Mister Albert Gérard de permettre ces facilités occasionnelles à nos jeunes athlètes!), les deux roux des labourés, Ruben Querinjean et Joël Bottin, avaient déjà fait leur sac pour filer vers Herve où se déroulait le cross de Charneux. Des fortunes diverses les attendaient.

Après avoir rongé son frein durant la première partie de l’hiver, Joël s’impatiente de planter ses spikes dans la boue remuée des lignes de départ. Pour sa première apparition au sein du challenge provincial (Dont Ruben est en tête!), il a d’abord jaugé le rythme du peloton, l’a ensuite légèrement haussé, pour porter l’estocade après 2,5km et s’octroyer une trentaine de secondes d’avance à l’arrivée, victoire en main, jambes affutées. La presse locale a semble-t-il été séduite par la foulée aérienne du Waremmien, comme en atteste ce sympathique reportage consacré aux tout aussi sympathiques athlètes de la région du fromage odorant!

15941025_1193178510767263_8831259882201241004_n

Lien vers le reportage vidéo : http://www.televesdre.eu/www/video/sport/run/jogging-carton-plein-pour-le-club-de-herve-au-cross-de-charneux_90559_89.html

Ruben a connu moins de réussite. Après 1 semaine de voyage pour les festivités du nouvel an, un rhume ramené de la capitale française et l’impossibilité de s’entrainer toute la semaine durant à cause des conditions climatiques des hauts plateaux, il honore sa participation d’une 10e place toutefois éloignée de ses capacités habituelles. Revanche sera prise!

20170109194105-7752d4fa-me

Bravo aux organisateurs herviens pour ce challenge météorologique magistralement bien pris en main.

fullsizerender

Du SANG neuf

Par défaut

La fameuse bande se rafraîchit dans le vent piquant de 2017. Elle compte depuis maintenant plusieurs semaines l’arrivée d’un quatuor à cordes qui s’apprête à résonner dans les tablettes dès cet été entre deux compètes. Depuis le mois d’octobre, quatre coureurs épatants ont rejoint l’orchestre, qui va bientôt pouvoir proposer sa première symphonie (si on change de registre) :

  • Juliette Guillick (Née en 2001 : Cadette 2, scolaire 1 en 2017)
  • Ruben Querinjean (Idem)
  • Ralph Pierard (Junior 2, Espoir en 2017)
  • Valère Hustin (Qu’on ne présente plus! Et toujours fidèle sociétaire du club de DAMP)

La TEAM est extrêmement fière de compter en ses rangs ces nouvelles jambes acérées! Ils se préparent. Les micros tremblent déjà!

– Ruben caracole en tête du challenge cross de la Province de Liège malgré son jeune âge et sa petite taille.

– Valère a fait très forte impression à la corrida de Trèves, bouclant les 8km en 24.24, à 19 très petites secondes d’un certain…Pieter-Jan Hannes, plutôt bien connu des pelotons de la fine fleur de l’Europe demi-fondeuse.

– Juliette et Ralph, après un début de saison très enthousiaste (magnifiques courses pour les deux à la Crosscup de Gand, ainsi qu’au cross de Spa et au jogging Elle et Lui pour Juliette), se remettent au fourneau après une petite coupure suite à des blessures qu’on ne veut surtout pas aggraver.

L’avenir est proche, et prometteur!

Juliette

14718706_1665178740460686_2608450494943673022_n

Ruben15230703_342887922751691_1995836028615031144_n

Valère (2e de son relais à Gand derrière Thomas de Bock)14671334_10210720705271473_7920331403097122267_n

Ralphie14671185_1665192467125980_5271112666314131084_n

14680702_10209018893101109_1873866604926573551_n14720383_10209018901901329_1495214469287923371_n14993569_10211567218083056_6814140833884423891_n15390911_379846759014698_625112645574455817_n15492470_1164592466959201_2396351771806938571_n